Les Terres Promises

Terres Promises - Apostrophe 2015 (Petit) Terres Promises - A bouche que veux tu 2014 (Petit) Terres Promises - Antidote 2014 (Petit) Terres Promises - Au hasard et souvent 2014 (Petit 2)

LE DOMAINE

10 ans après le lancement de son domaine des Terres Promises (2003), le nom de Jean-Christophe Comor résonne déjà dans le petit monde des vins « naturels ». Venu de la politique à l’âge de 38 ans, et sans la moindre expérience viticole, il s’est lancé un pari audacieux, et même fou, celui de produire son propre vin en partant de quasiment rien. Un pari fou certes mais précis, car Jean-Christophe a une idée claire et sans concession de ce qu’il veut produire : un pur produit de la nature sans artifice œnologique, quelque chose d’authentique et d’unique … pari réussi !

Situé sur la commune de Roquebrussane en Coteaux Varois, ce vigneron « hors norme » produit aujourd’hui des cuvées de caractère qui répondent aux doux noms d’Apesanteur, Apostrophe, Au hazard et souvent, A bouche que veux-tu, Alibi, Antidote, Amourvèdre, Abracadabrantesque …

A LA VIGNE, A LA CAVE

L’altitude élevée (400 m) permet de vendanger en conservant un maximum de fraîcheur. Les vignes sont cultivées sur un terroir argilo-calcaire sans intrants chimiques, en culture biologique, à l’ancienne, par respect pour la terre et pour les amateurs de vins. Vendage manuelle.

A la cave, la vinification est traditionnelle sans ajouts de levures ou d’acidifications, et en ne sulfitant que très légèrement, afin que les vins soient élevés de la manière la plus naturelle possible, et ressemblent le plus exactement possible aux raisins dont ils sont conçus, comme au vigneron qui les ont conduit.

VOUS AVEZ DIT « TERROIR » ?

Jean-Christophe Comor, cet homme qui respecte tant le sol et les cailloux, déteste le mot et la notion de terroir. Et pourquoi pas ?! … Il faut bien reconnaître que notre appréhension de cette valeur qui nous tient tant à cœur est chaque jour remise en cause. Et si elle existe comme nous le croyons, notre seule certitude est que l’homme (le vigneron) en est le cœur névralgique.

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :