Thiébault Hubert est un vigneron passionné reconnu pour son grand travail et son attachement au terroir. Parti en 1990 avec quelques 3 hectares de vigne de son grand-père, il exploite aujourd’hui un peu moins de 10 hectares sur des appellations prestigieuses telles que Volnay, Pommard, Meursault, Puligny-Montrachet et Beaune. Dès le départ, il est persuadé que la richesse de la Bourgogne réside dans ses terroirs ; il est convaincu de la nécessité de « protéger » ses vignes en les propulsant de manière naturelle afin de leur permettre de révéler les messages de ces fameux terroirs.

Biodynamie & approche naturelle sans dogmatisme

Thiébault Huber pratique une agriculture biologique et la biodynamie depuis plus de 10 ans, mais ne vous y trompez pas, il ne fait pas partie de ces « ayatollahs pétris de certitudes » (Copyright Emmanuel Delmas). Il estime seulement qu’il doit accompagner ses vignes de manière non interventionniste afin de mettre en adéquation la plante, le sol, le ciel et l’homme.
Il n’utilise donc que du compost dans ses vignes et effectue uniquement des labours pour entretenir ses sols. Aucune utilisation de produits de synthèse, seulement de la bouillie bordelaise et des tisanes de plantes (pissenlit, ortie, prêle, bouleau, etc.). Travaux en fonction des phases lunaires et de certaines positions planétaires. Maîtrise des rendements. Vinification des vins de façon traditionnelle.

Le vigneron en parle

« Mon seul et unique but est d’améliorer sans cesse la qualité de mes vins tout en respectant au mieux l’environnement, et surtout en préservant ces terroirs magiques dont nous ne sommes que des héritiers. »

Les vins du domaine Huber-Verdereau


Bourgogne Chardonay Les Lameroses Chardonnay fruité, sur les agrumes avec des notes de citron, de pamplemousse. Bouche très fraîche et en même temps assez ronde. Vin à consommer rapidement qui se déguste en apéritif, avec des salades pour un temps de conservation allant jusqu’à 4 ans.


Meursault En Dressolles – Une version très minérale et de belle complexité du Meursault. Après deux ou trois ans, le vin présentera une ouverture aromatique encore plus intéressante et sera très à son aise pour déguster des Saint-Jacques ou du homard.


Bourgogne Pinot Noir Un profil de Pinot Noir fin, longiligne, frais et gorgé de fruits rouges sur une fine acidité qui étire le vin de façon gourmande grâce à son élevage en cuve ciment. Peu d’agressivité et de tanins donc se déguste jeune. Temps de conservation entre 2 et 6 ans.


Hautes-Côtes de Beaune Un Bourgogne Hautes-Côtes de Beaune fin et soyeux qui conserve de beaux arômes de par son double élevage en cuve ciment et fûts. Un vin léger, tout en nuances, entre petits fruits et notes épicées, un modèle de finesse et d’élégance. A déguster jeune et jusqu’à 6 ans.


Monthelie La Combe Danay Un vin suave, rond et charmeur à la chair ferme, au corps dense et à la structure remarquable sans aucune agressivité ni déficit de fraîcheur. Une belle réussite ! On privilégiera des plats fins, pas trop marqué en termes d’épices. Temps de conservation pouvant aller jusqu’à 10 ans. 


Volnay Ce Volnay d’une ultime finesse se livre en bouche au grès d’une fraîcheur alerte et acidulée qui met en relief des tanins bien croquants. 


Volnay Les Robardelles Un Volnay racé, plus corsé, avec une complexité aromatique et une plus forte concentration en bouche qui ne retire rien à son élégance. La bouche est vibrante, la puissance contenue par des tanins fins : la grande classe ! Il accompagnera les plats en sauce et les fromages affinés durant au moins 10 ans. 


Pommard 1er Cru Les Bertins – Les Pommard, côté Volnay, sont toujours plus tendres que ceux, côté Beaune, dit-on. Cela se vérifie avec ce Pommard 1er Cru, qui avec ce côté corsé et épicé du terroir, fait preuve également de finesse et d’élégance tout en conservant son assise tellurique. 


Quelques photos du domaine Huber-Verdereau

%d blogueurs aiment cette page :